JAMAICA WA’GWAAN Part II

WA GWAN « Jah Mé I Ka »

Retour en jungle touffue, en terres truffées de cascades, rivières sauvages et colorées.

 

Ne vous étonnez pas si je passe de gauche à droite sur la route. En Jamaïque, on conduit du côté « no pwoblem », celui où il n’y a pas de trous. Ce soir rendez vous aux  Shades Club.   Un club de strip tease réputé pour ses « Jamaican girls performances » . Celles qui semblent vibrer sur une autre fréquence. Tenues sophistiquées, brushing et lace délirantes, l’ambiance est 100% clichée familiale. Nous voila, dollars Jamaican en main, le nez humant les effluves d’un rhum hors d’âge faisant écho aux post léchés et engagés des BAD BITCH sur instagram  racines du Dancehall. On lâche nos écrans pour une leçon de révélation twerk  invitation au voyage. Aucune limite. La fascination est totalement indécente.. nasty. La Jamaïque ne serait pas la Jamaïque sans ses sound system. Plus tard, en pleine rue, les artistes testent grandeur nature la force de leurs nouveaux morceaux. Sauf qu’en Jamaïque, le dj n’est pas aux platines mais au micro. C’est le «selecter» qui choisit et passe les disques.   » Hey selectaaaaa » .  Dans un coin on roule des pétards à qui veut… Aussi accessibles qu’une baraque à frites, les vendeurs eux portent des sachets de weed épinglés à leur veste. À l’intérieur, des tiges entières sont proposées aux stands disposés en bouquets à côté de sacs de pop-corn et accolée aux immenses haut parleurs. Heuuu Jasmin ou Gingembre?  Et bien que je semble être la seule personne qui ne fume pas à la chaîne, l’ambiance Marijuana enthousiast commence à me calmer elle aussi :  j’ai lâché mon téléphone pour des vacances Eco responsables. Qu’elle semaine!

fullsizeoutput_2f9c

Processed with VSCO with c8 preset Processed with VSCO with j4 preset

fullsizeoutput_3146

fullsizeoutput_30fc

58034589461__C99118A3-7E70-47B3-8B22-94E964C8ACA9

fullsizeoutput_2f8c

fullsizeoutput_3032

fullsizeoutput_2fd7

Changement d’atmosphère. Il est 11:00 et nous changeons du cash en pleine rue. On sillonne maintenant une nature mystérieuse où tout pousse à perte de vue… Bananiers, caféiers et blue mahoes (l’arbre national, une sorte d’hibiscus) cohabitent en harmonie . Au terme d’une ascension de deux heures et d’ enchainement de demies tours, sur ce qui semble être l’unique route du coin on s’enfonce dans un oasis tropical. Nichée au sommet des brumeuses Blue Mountains, le Strawberry Hill. Une demeure à l’architecture coloniale chasse gardée « du gratin britannique » ou émane une énergie quasi mystique. Point de musique tonitruante, aucune indication juste le ciel et les montagnes. Le peace and love dans toute sa splendeur. Après avoir montré patte blanche, décliné identité et groupe sanguin.. le lieu laisse place à une vue à 360° en totale harmonie avec la philosophie slow Life de l’île. L’hôtel qui domine la baie de Kingston possède l’une des plus belles piscine à débordement du monde. Au loin, Kingston et son million d’habitant nous tend les bras.  Loin de la chaleur étouffante de la ville, c’est le point idéal pour découvrir les splendides plantations. À l’opposé de cette ambiance, le cadre plus apaisant des Blue Mountains permet la découverte d’un autre aspect de la Jamaïque un spa unique et proche de mère nature.. En habitué du domaine, portraits et disque d’or du pape du reggae ornent les murs – Bob Marley

fullsizeoutput_1e73

fullsizeoutput_30f4

fullsizeoutput_2efb

Processed with VSCO with j4 preset

fullsizeoutput_2fcd

fullsizeoutput_1e63

fullsizeoutput_1e99

fullsizeoutput_2eff

Plus tard, retour à Ocho Rios. À regret. Chaussures d’eau aux pieds nous voila parties à l’assaut des Dunns river Falls, dédale de chutes d’eau mythique qui se déversent dans la mer .. on sirote une noix de coco jusqu’au moment où transformé en terrain de jeux pour rabatteurs  arrivent les hordes de touristes! Nous fuyions. Direction Port Antonio pour rejoindre quelques kilomètres plus bas, une petite crique privatisée photoshopée où le sable immaculée dessine un décor irrésistible. Le temps semble s’être arrêté sur la plage envoutante de French Man’s Cove.  Où sont nées autrefois carte aux trésor et légendes de pirates.. À peine s’être acquittée de la modique somme de 15 dollars tout de même o_O que déjà le soleil décline.  Paie ton quart d’heure balançoire. Toujours en quête de belles histoires, et bercés par les chants d’oiseaux, nous reprenons la route pour une dernière escale en Jamaïque authentique.  À la sortie de la ville une pancarte indique  Blue Lagoon, que déjà la nostalgie s’installe. Après les virages étourdissants surgissent villas et paillotes au-dessus de l’eau turquoise — le verdoyant Blue Lagoon. Une dernière immersion dans la culture reggae, ballade en bambou roaf et bâton de canne à sucre au bout des lèvres. Pure délice. À peine troublée par le moteur des bateaux de pêcheurs, au milieu de la végétation sauvage, la cabane en bois du dj en phase avec les éléments accueille une playist au rythme du reggae et de belles rencontres.  Notre « bambou roaf » sillonne la puissance de l’océan, la puissance de la forêt tropicale, et la chaleur des Jamaïquains. Dernier shooting  tour de balançoire, c’est fatiguées  que nous quittons Port Antonio.

fullsizeoutput_2f1a

fullsizeoutput_2f21

fullsizeoutput_30e3

fullsizeoutput_2eef

fullsizeoutput_2fd0

03E43622-E935-438A-81F2-274A95613969

fullsizeoutput_2eeb

fullsizeoutput_2fdb

fullsizeoutput_1e9f

fullsizeoutput_2f0a

fullsizeoutput_30ea

fullsizeoutput_14bc

fullsizeoutput_3111

fullsizeoutput_3113

cBtkWdH7SoqI1TwZ3WU9LQ

fullsizeoutput_2f0d

fullsizeoutput_2fa1

fullsizeoutput_2f24

fullsizeoutput_3149

Notre course se termine par la visite incontournable du marché d’ Ocho Rios et de notre rencontre « improbable » avec un herboriste. Sur ses étals vaisselles en allu, lingeries effeuillés, épices, racines, portrait Hailé Sélassié, branches et herbes en tout genre dont la célèbre qu’on ne présente plus rendent hommage à sa pharmacopée. Elixir, filtre et cure de jouvence en tout genre promettent de guérir le voisinage. Mais il va falloir songer à rentrer. De retour à Kingston on s’arrête au starbuks. BYE!

La beauté des paysages, l’émotion de rencontres formidables, de sourires, de partages, de bonnes adresses (des meilleurs sound systèmes) jalousement gardée que l’on partage exclusivement entre amis, du vrai dancelahll. “I mean real, real, real, roots, roots music”, tout cela rempli de clichés d’authenticité et d’humanité c’est cela la Jamaïque. Faire le plein de bonnes vibes et mettre la rencontre au coeur de ce voyage. Jamaica one love.

Bisous mais pas bisous.. c’est tout aussi mignon. Bon voyage!

© Tous droits réservés – 2020 All rights reserved

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s